POLLUTION DE L'ÉTANG DE BERRE : À l'ouest rien ne change !

Publié le par Catherine VILLA


En Janvier 2006, la France a été rappelée à l’ordre par la Commission Européenne concernant la pollution de l’étang de Berre, qui se traduit par la dégradation du milieu aquatique, principalement causée par la centrale hydroélectrique EDF de Saint-Chamas.

En effet, l’étang de Berre contient environ 900 millions de m3 d’eau salée, auxquels viennent
s’ajouter les rejets d’eau douce de la centrale, qui oscillent entre 2 et 2,3 milliards de m3 par an. Ce déversement s’accompagne ainsi d’une variation importante de la salinité de la lagune (entre 10 g/L et 25 g/L), ce qui perturbe gravement l’écosystème. Par ailleurs, les rejets s’accompagnent de limons qui entraînent un comblement du nord de l’étang.
En juin 2003, la Cour européenne de justice a été saisie par la Commission Européenne à la suite d’une plainte, ce qui a entraîné la condamnation de la France, qui s’est vue reprocher le manque de mesures pour palier à la grave pollution de la lagune.
En réponse, la France a engagé une série de « mesurettes », dont la régulation hebdomadaire des rejets d’eau douce et l’instauration d’un quota d’apport de limon qui s’élève tout de même à 60 000 tonnes par an.
Conformément à la procédure, la France a été mise en demeure en décembre dernier (depuis 2005 donc !) et a deux mois pour y répondre (c'est à dire février 2006 !). Faute de quoi, des sanctions financières seront prises à l’encontre de notre pays.
France Gamerre, présidente de Génération Écologie, pose la question de la réduction des rejets à la source, prioritairement à leur régulation. Certes, un projet de dérivation des rejets jusqu’au Rhône est actuellement envisagé, mais son coût est estimé à 1 milliard d’euros. Il est aujourd’hui nécessaire d’anticiper les problèmes afin de les réduire au minimum. Il faut investir dans la prévention et non uniquement dans la résolution.
Enfin, la fondamentalité de cette centrale doit être débattue, car la perturbation de tout un écosystème est en jeu.
Espérons que notre nouveau ministre de l'Environnement fera avancer le dossier qui traîne quelque peu mais il lui faudra s'accorder avec le Ministère de l'Économie et des Finances (principal soutien de l'EDF, responsable de cette pollution) !

L'étang de berre c'est :

Une lagune méditerranéenne , c'est à dire un lieu de confrontation des eaux douces du bassin versant et des apports d’eaux marines entrant par le grau , et que les lagunes peuvent être considérées comme de véritables écotones.
Les lagunes se caractérisent par leur température et leur salinité variables dans l’espace et dans le temps. Elles ont aussi tendance à s’enrichir en matière nutritive et en conséquence être le site d’une production primaire élevée.
Ce sont des étendues d’eau dont les caractéristiques sont hétérogènes dans le temps et l’espace, avec un état d’équilibre instable. La vie y est déterminée et réglée par les variations de salinité et de température, et plus particulièrement par leurs extrêmes. Les êtres vivants les peuplant sont très euryvalents (euryhalin , eurytherme).
La vie dans ces étangs ne persiste, en grande partie, que grâce aux apports venant de la mer. Les migrations sont essentiellement réglées par des besoins de nourriture, de chaleur ou des nécessités liées à la reproduction. En comparaison avec la mer, la richesse spécifique est faible et décroît de l’ouverture vers l’intérieur. La pauvreté en espèces est souvent compensée par une concentration démographique de chacune d’elles, relativement plus importante qu’en mer. En ce qui concerne les poissons, les lagunes sont des lieux privilégiés de rassemblement des alevins et juvéniles, car ce sont des milieux favorables à leur croissance.

Un écosystème unique en son genre
Les lagunes sont toutes différentes les unes des autres au niveau morphologique (profondeur, taille du bassin versant, importance des échanges avec la mer, conditions climatiques…) et par conséquent au niveau de leur fonctionnement écologique. La salinité moyenne de la plupart des lagunes est très variable au cours de l’année. Les lagunes mono-typique du point de vue de la salinité sont extrêmement rares.
En savoir plus :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Étang_de_Berre
http://www.etangdeberre.org/ecosysteme/lagune.htm
http://logique.club.fr/eb.htm

Proposé par Catherine VILLA (Présidente de Génération Écologie 13- Candidate sur Aix en Provence)

Commenter cet article