ERUPTION EN ISLANDE : questions-réponses

Publié le par NC

467169_de-la-fumee-au-dessus-du-volcan-du-glacier-d-eyjafja.jpg

 

Quelques questions sur le volcan Eyjafjoll (Islande) dont le nuage perturbe actuellement le trafic aérien en Europe.

 

Q- L’Islande est –elle une région volcanique et pourquoi ?

 

R- En effet l’Islande est une zone volcanique de première importance puisqu’on y a recensé plus de 200 volcans dont la plupart sont éteints. 130 sont encore visibles par leur morphologie. En fait, les volcans apparaissent souvent à la frontière des plaques tectoniques. C’est le cas ici puisque cette île islandaise se trouve sur le passage de la dorsale « medio Atlantique » laquelle sépare la plaque américaine de la plaque euro asiatique. Ces plaques s’écartent à la vitesse de 1cm par an. C’est grâce à ce déplacement que l’océan Atlantique s’est ouvert il y a plus de 200 millions d’années et continue de s’agrandir. L’anomalie c’est que le volcanisme afférant devrait se trouver au fond de l’océan or, en Islande, il est aérien car cette île est formée par un bombement la dorsale.

 

Q- pourquoi y a t-il un nuage aussi important et qu’elle est son altitude ?

 

Certains volcans d’Islande sont explosifs mais celui-ci est en fait effusif comme celui de Hawai. Il aurait donc du donner des coulées volcaniques sans faire de nuage important. Or, il se situe en fait sous un glacier (les glaciers recouvrent près de 10% de l’île) si bien que la magma en fusion à prés de 1000%C entrant  en contact avec la glace la vaporise comme dans une cocotte-minute géante qui explose. Le résultat c’est la formation de « palagonite » une roche volcanique formé de verre et de débris de basaltes en fines aiguilles. Ces fragments associés à la vapeur d’eau, aux gaz du volcan (SO2, Chlore, Fluore, CO2 et autres..) forment le nuage. Un nuage qui actuellement se situe entre 6 et 8 km d’altitude pourrait aller jusqu'à plus de 20 km d’altitude. Celui du Pinatubo (aux Philippines) avait atteint les 40 km d’altitude) lors de son éruption de juin 1991.

 

Q- Combien peut durer cette éruption ?

R- De quelques mois à quelques années. La précédente éruption de ce volcan en 1821 avait duré 1 an et 12 jours (du 19 décembre 1821 au 1er janvier 1823). Le « Pinatubo » que j’ai pu observer et qui est considéré comme ayant donné la plus importante éruption du 20eme siècle à duré plus de trois mois (de juin à septembre 1991) et a craché plus de 10 km3 de produits volcaniques dont 7 dans l’atmosphère. Les islandais considèrent leur volcan comme un volcan moyen. Mais il ne faut pas qu’il réveille son voisin, le volcan Katla qui lui est un vrai méchant.

 

Q- Ce nuage est –il dangereux pour la santé ?

R-Il est dangereux si on se trouve à proximité du nuage à cause des gaz toxiques (notamment les composés de fluor qui peuvent provoquer des hémorragies), à cause de la chaleur dégagée et à cause des aiguilles de laves (de 1mm à quelques microns) qui  peuvent perforer les poumons ou les intestins des animaux lesquels broutent l’herbe contenant ces aiguilles. Si on est loin ( plus de 500km), il n’y a pas de danger car les gaz se diluent dans l’atmosphère et les concentrations deviennent faibles.

 

Q-Cette éruption est-elle  dangereuse pour les habitants de l’île ?

R-Oui, car outre les risques que je viens de citer, il y a les risques d’inondation (à cause de la fonte du glacier) et les risques de « lahars » qui sont des fleuves de boue formés par les cendres remobilisées par les pluies. Les « Lahars » du Pinatubo ont fait beaucoup de victimes et ensevelis pas mal de villages lors des 4 saisons de pluie qui ont succédé à l’éruption.

 

Q- Pourquoi ce nuage est-il dangereux pour les avions ?

R- Pour plusieurs raisons. Pour la santé des voyageurs lorsque l’avion traverse une zone où il reste des gaz toxiques concentrés, pour les réacteurs qui peuvent être endommagés (ou tout simplement éteints par manque d’oxygène) par les poussières volcaniques (qui peuvent fondre  à nouveau dans les réacteurs), par l’électricité statique qui est produite par la chaleur du nuage et enfin par le manque de visibilité qui gêne les pilotes.

 

Q- Le nuage peut –il influer sur le climat ?

R-Cela dépend de la durée et donc de l’importance des aérosols qui seront envoyés dans l’atmosphère par ce volcan. Les grandes éruptions de ce type ont en général un impact sur la température et sur le climat mondial. Le Pinatubo, par exemple, a fait baisser la température du globe de 0.4 à 0.5°C pendant trois ans. Cet écart de température est équivalent à celui qui nous sépare du petit âge glaciaire, de la fin du moyen age à l’époque de Napoléon. Mais heureusement son effet n’a duré que 3 ans. Par contre, il a été responsable des neiges du mois de juin et juillet suivants aux Etat-Unis et au Québec. C’est surtout le SO2 qui joue le principal rôle car, d’une part, il renvoi vers l’espace les rayons du soleil (lorsqu’il est au dessus des nuages) d’où un refroidissement au niveau du sol, mais il peut aussi jouer comme un gaz à effet de serre (quand il est au-dessous des nuages) d’où une augmentation de la température dans l’atmosphère basse. La résultante est cependant négative, d’où l’idée (saugrenue en fait) de certains « apprentis sorciers » d’ensemencer l’atmosphère de SO2 pour contrecarrer le réchauffement climatique.

 

Q- Quelles conséquences pour la France ?

R-En dehors des perturbations aériennes et d’un changement climatique temporaire, on peut craindre des « pluies acides » (à partir du SO2 dans la basse atmosphère) qui pourraient être néfastes à la végétation et aux récoltes. On pense que les mauvaises récoltes du « Middle-West » aux Etats-Unis, en 1993, sont imputables à l’éruption de Pinatubo. Plus prés de nous géographiquement mais plus loin dans le temps, on pense aussi que l’éruption du volcan islandais Laki (en 1783) est responsable des mauvaises récoltes et la pénurie alimentaire qui, en France, ont précédé  la révolution de 1789.

 

Michel Villeneuve

Directeur de recherche au CNRS, à l’Université de Provence, Marseille

-Ancien responsable du département de géologie de l’institut d’Afrique centrale pour l’étude des volcans du rift africain.

-Chef de la délégation européenne pour la conférence sur « l’impact du volcan Pinatubo », en 1992, à Manille (Philippines)

Tel : 06 16 58 81 73

 

Commenter cet article