COPENHAGUE : pourquoi un échec !

Publié le par NC

La conférence de Copenhague sur la limitation du réchauffement climatique c’est « la montagne qui  à accouché d’une souris ». En effet 192 Etats se sont réunis deux semaines durant pour pondre une « déclaration commune » qui ne concrétise aucun des objectifs fixés. Le seul résultat concret est l’intention d’aider financièrement les pays en développement à lutter contre les effets locaux du réchauffement climatique.

A supposer que cette aide voit le jour (car les crédits de coopération se font encore attendre), rien ne garantit que ces sommes seront effectivement utilisées pour permettre aux populations de se prémunir contre les effets négatifs du réchauffement et qu’elles ne finiront pas leur vie , en 2020, sur des comptes particuliers dans des paradis fiscaux.

En fin de compte « l’Alliance Ecologiste Indépendante » s’attendait à ce résultat car il est dans la logique des systèmes politiques et économiques actuels. Ces systèmes ne règlent que des problèmes à court terme et dans la mesure où ils sont favorables au marché. Or la lutte contre le réchauffement climatique ne favorise pas les profits à court terme.

Comme le soulignait récemment Jean François Khan, le système capitaliste libéral actuel n’a fait des efforts de redistribution des richesses et d’aide aux populations que lorsqu’il y avait une menace communiste. Depuis la chute du mur de Berlin, il n’a donc plus de raison de faire des efforts pour garantir le bien être et la sécurité des peuples. Ses représentants à Copenhague n’avaient donc que leur discours à faire valoir.

Si l’on veut donc que le système politique actuel s’intéresse à nouveau à l’avenir de peuples et pas seulement à celui des bénéfices immédiats, il faut recréer les conditions d’une alternance politique. Or, cette alternance politique ne peut se faire sur la base des systèmes "socialiste ou anti-capitaliste" qui sont  obsolètes et en déphasage complet avec l’enjeu planétaire de la conservation des ressources et de la stabilité climatique.

La seule alternative crédible au libéralisme débridé qui a causé l’échec de la conférence de Copenhague, c’est un « écologisme » porté par de vrais écologistes et non par des productivistes déguisés en écologistes comme on en voit pléthore aussi bien dans les conférences internationales que dans les conseils municipaux.

Michel Villeneuve,

Alliance Ecologiste Indépendante, Tel : 06 16 58 81 73

Adoptez l’éco-attitude. N’imprimez que si c’est vraiment nécessaire.

Commenter cet article