"CLIMATO - SCEPTIQUES" ...ils existent et sont dangereux !!!

Publié le par NC

Depuis que l’opinion publique, les électeurs et forcément les responsables politiques réunis à Copenhague s’intéressent aux dangers du « changement climatique », des voix amplifiées par un grand nombre de médias, s’élèvent contre le courant écologiste.

 

Qu’en est-il exactement de ce que l’on nomme les « climato-sceptiques » et quels sont leurs buts.
Les « climato-sceptiques » sont un groupe de scientifiques non spécialisés dans l’étude des climats et qui contestent les conclusions du GIEC (groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) lequel regroupe des milliers de climatologues travaillant sous l’égide de l’ONU.

Les « climato-sceptiques » contestent le réchauffement climatique, la responsabilité de l’homme dans l’augmentation du taux de CO2 et dans l’augmentation de la température mondiale tout en estimant que les sommes engagées pour étudier l’évolution des climats seraient plus utiles dans d’autres thématiques de recherche.

La contestation anti-écologiste n’est pas une nouveauté. A chaque fois que les écologistes sont montés dans les sondages ou dans les urnes, des lobbies anti-écologistes se sont mis en place. En 1990 , c’était "les nouveaux philosophes » qui contestaient la défense de la nature comme contraire à l’humanisme, puis ce fut l’économiste Bjorn Lomborg épinglé par l’Académie suédoise pour études incomplètes et résultats tronqués. Aujourd’hui se sont les « climato-sceptiques ».

Plusieurs questions se posent :
qui sont ces « climato-sceptiques » ? 
quels sont leurs objectifs ?
à qui profite leur attitude ? 
quels sont les dangers potentiels de leur action ? 

 - A une ou deux exceptions près ce ne sont pas des climatologues. Leurs chefs de file, Claude Allègre et Vincent Courtillot, ne sont auteurs d’aucune publication scientifique sur le climat.

- Un de leurs objectifs est que les sommes allouées aux recherches sur le climat soient affectées à d’autres thématiques de recherche comme par exemple celles qui se font dans leurs propres laboratoires.

- A qui profite leur action ? d’abord à eux mêmes grâce à la publicité qui est faite sur leur personnalité et à leurs ouvrages commerciaux, ensuite aux lobbies pétroliers et industriels dont les efforts pour réduire la proportion de CO2 dans l’atmosphère risquent de faire chuter les bénéfices, puis aux politiciens qui y trouveront une justification pour ne rien faire contre le « réchauffement climatique » et enfin tous ceux chez qui les postures « populistes » trouvent un écho.

- Enfin le danger de leur action est de justifier l’inaction dans la lutte contre le réchauffement climatique, inaction qui serait fatale à notre civilisation et aux générations suivantes.

 

Malheureusement, comme c’est le cas la plupart du temps, les responsables de cette inaction ne seront plus là pour en subir les conséquences.

« L’Alliance Ecologiste Indépendante » pense qu’il vaut mieux se prémunir d’ un danger futur en appliquant le « principe de précaution » plutôt que d’écouter des « populistes » qui n’engagent que leur parole dans un débat dont dépend le sort de l’humanité.

 

 

Michel Villeneuve,

Alliance Ecologiste Indépendante,

Téléphone : 06 16 58 81 73

Email : michel.villeneuve65@gmail.com

 

 

Adoptez l’éco-attitude. n’imprimez que si c’est vraiment nécessaire.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article