RÉFORME DES MODES DE SCRUTIN

Publié le par YOANN GONTHIER

AU-DELÀ DE LA SIMPLE PROPORTIONNELLE

Le conseil national de l'UMP s'est prononcé samedi pour "améliorer la représentativité du Parlement pour mieux faire vivre la démocratie", sans trancher la question pourtant fondamentale de la proportionnelle, qui suscite l'opposition de nombreux membres du parti majoritaire.

Un vote pour rien puisque l’UMP en reste ainsi au stade des belles déclarations de principe sans se prononcer, par frilosité, sur le mode de scrutin qui est pourtant l’outil principal de cette revalorisation de la représentativité du Parlement.

Génération Écologie considère que c’est à tort que certains responsables de l’UMP, dans une vision manichéenne, résument le débat sur les modes de scrutin au scrutin majoritaire d’un côté et à la représentation proportionnelle de l’autre. Cette vision réductrice n’est pas à la hauteur des enjeux démocratiques du 21ème siècle. 

Dans le cadre de la réforme des institutions pilotée par le Comité Balladur, le souci de pragmatisme conduit Génération Écologie à proposer la mise en place d’un scrutin mixte inspiré du modèle allemand, combinant représentation proportionnelle et scrutin majoritaire tempéré par un seuil d’éligibilité de 5%, afin d’assurer une meilleure représentativité du Parlement tout en garantissant une nécessaire stabilité gouvernementale. 

Mais tant que l’UMP gagne, pourquoi changer un système qui le sert ?

Yoann GONTIER
Porte parole et Délégué national à la Jeunesse de Génération Écologie

Commenter cet article