BIOCARBURANTS : Éthanol avec des bémols ?

Publié le par Michel VILLENEUVE

Biocarburants : ne nous précipitons pas !
...
Élaboré à partir de plantes sucrières ou contenant de l’amidon (blé, maïs, …), l’éthanol nécessite des terres cultivables en grande quantité. La consommation de notre pays en pétrole est telle (près de 50 millions de tonnes de pétrole par an) que la superficie de terres arables de notre pays ne suffirait largement pas à produire la quantité équivalente.
Par ailleurs, l’opposition entre les cultures dédiées au biocarburant et celles destinées à nourrir les populations locales pose problème dans les pays les moins favorisés.
Les pétroliers
français ont d’ores et déjà annoncé qu’ils achèteraient l’éthanol là où il est le moins cher, à savoir au Brésil notamment, où la superficie des cultures se développe à un rythme exponentiel, au détriment des forêts.
Enfin, ces cultures non destinées à la consommation provoquent un recours important à l’irrigation et aux produits phytosanitaires, contaminant par la même les milieux naturels.
Le
bilan environnemental de la filière éthanol n’est donc pas pleinement bénéfique pour notre planète.
France GAMERRE, Présidente de Génération Ecologie se félicite de l’intérêt porté par le gouvernement sur la question. Cependant, le développement de l’éthanol ne doit pas servir d’argument écologique marketing à l’orée d’élections majeures que sont la présidentielle puis les législatives.
Même si l’éthanol permet une réduction des dégagements de CO2, il convient d’analyser l’impact écologique de la filière dans son ensemble, afin de ne pas mettre sur le marché une essence plus nocive pour l’environnement que ce que nous connaissons actuellement. Il est indispensable de favoriser un "mix" en matière de motorisation automobile, notamment en développant la recherche et les filières concernant les autres biocarburants, les moteurs hybrides et électriques ou encore les moteurs à hydrogène.
France GAMERRE
Présidente de Génération Écologie
Adaptation Catherine VILLA (Présidente Génération Écologie 13 et Candidate sur Aix en Provence)
La majorité du bioéthanol produit aujourd'hui provient du traitement des plantes sucrières (betterave, canne à sucre, ...) ou des céréales (maïs, blé, ...).


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

véronique 10/06/2007 11:19

bonjour,
Il serait sans doute préférable que vous n'employiez pas le terme de "bio"-carburants mais plutôt d'agrocarburants.
Il n'y aura rien de BIO (notion que l'on essaie de préserver en ce moment !) dans ces productions obtenues à coups d'intrants.
Certains parlent même de "nécrocarburants"...
@+
v--

Catherine Villa 14/06/2007 16:11

Je reconnais le terme "bio", trop optimiste mais le "nécro" me semble à l'inverse très négativiste.... je prends note et utiliserais volontiers "agro". Merci pour votre participation