VICTOIRE SUR LE VERDON

Publié le par France GAMERRE

Il y un an, le Mardi 11 juillet 2006

Génération Écologie qui avait milité dès la création du parc du Verdon en 1997, contre la ligne à « très haute tension (400 000 volts) qui devait relier Boutre (Var) à Carros (Alpes maritimes) en traversant le site classé et protégé du parc, se réjouissait de l’annulation par le conseil d’État de la déclaration d’utilité publique de cette ligne en faveur de RTE-EDF.
La recommandation de la Commissaire du Gouvernement, Celia Verot, avait été suivie par cette haute juridiction.
En effet, la veille, le Conseil d’État avait enfin annulé la déclaration d'utilité publique sur cette ligne à très haute tension portant un coup d’arrêt aux décisions des gouvernements successifs qui n’avaient jusqu’alors tenu compte que du seul intérêt énergétique et de la logique commerciale.
Une Charte interdisait pourtant les grands projets d’aménagement sur ces sites protégés et riches (loi
Littoral, Natura 2000, sites classés, sites inscrits, ZPS, ZSC, ZICO, ZNIEFF). Malgré cela, RTE , la
filiale de l’EDF avait obtenu le soutien de tous les gouvernements successifs notamment de ceux qui
se sont succédés après la création du parc régional du Verdon, en mars 1997, même si certains
d’entre eux, n’ayant plus de fonction ministérielle, militent aujourd’hui contre cette DUP.
Génération Écologie a donc salué l’action du Président de l’association contre la THT, Robert Ferrato ainsi que la solidarité de l’ensemble des acteurs locaux qui ont affirmé, de façon unanime, leur opposition au projet (Parc Naturel Régional du Verdon, Conseil Général des Alpes de Haute Provence, Conseil Général du Var, 46 communes, le Collectif d’associations Anti THT Verdon.).
Ce fût une victoire historique du collectif des associations de défense du Verdon et de toutes les
associations écologiques qui ont mené un combat sous très haute tension pendant 23 ans contre cet état dans l’état que constitue l’EDF et ses associés.
Génération Écologie espère que cet avis du Conseil d’État continuera de faire jurisprudence et que les déclarations d’utilité publique dont bénéficie l’EDF dans d’autres scandales écologiques (comme par exemple la pollution de l’étang de Berre par la centrale de Saint-Chamas) pourront être revues et corrigées par le conseil d’État.
Génération Écologie ne s’en prend pas à un organisme public chargé d’assurer la distribution
équitable de l’électricité aux citoyens (ce que l’EDF fait très bien par ailleurs) mais à la pression des
tutelles gouvernementales qui favorisent la logique commerciale de cet organisme au détriment de la protection de l’environnement. Car, il était bien connu que la nouvelle ligne de 400 000 volts doublant deux plus anciennes de respectivement 225 000 et 150 000 volts, avait pour vocation de vendre de l’électricité à l’Italie sous le prétexte d’une meilleure sécurisation de la distribution d’électricité dans les Alpes Maritimes.
Par cette décision, le Conseil d’État a prouvé enfin que le pouvoir pourrait bien appartenir à la démocratie et que lorsque l’intérêt général le demande, l’intérêt économique doit s’incliner.
France GAMERRE
Présidente de Génération Écologie
Adapté par Catherine VILLA (Candidate sur Aix en Provence)

Publié dans ÉCOLOGIQUEMENT "POUR"

Commenter cet article