Principe de précaution arbitraire envers les éleveurs Corse

Publié le par G.E National

Génération Ecologie Région Corse dénonce l’incompétence des services vétérinaire en matière de gestion de la crise de la tuberculose bovine ayant affecté les chèvres dans la région du sartenais.
Précisons que si le troupeau  de chèvres  d'un éleveur a  été sacrifie au non du principe de précaution, la position adopté par la direction des services vétérinaires  soulève deux questions :

Dans l’hypothèse ou  la maladie serait  présente dans ce cas les animaux sauvages sangliers, souris, renard etc. sont susceptible d’être  contaminés  alors  pourquoi la consommation de sanglier est elle encore autorise ?

- Pourquoi  la chasse est  encore ouverte sur la zone concernée ?

Tous les chasseurs  savent que  les chiens qui courent  obligent les sangliers à quitter  leur zones habituelles ce qui   inévitablement facilite  la propagation de la maladie.

Génération Ecologie  constate qu’ il est plus facile pour l’administration d’appliquer le principe de précaution a l’encontre d’un agriculteur en évoquant un problème de sante public plutôt que d’appliquer ce même principe de précaution quand il s’agit d’hobbies financier.

Génération Ecologie soupçonne un corollaire avec  l’implantation et le monde de fonctionnement de la nouvelle centrale électrique, thèse qui sera vite démontrée.
 
Pierre Noel Tucci : Responsable Génération Ecologie Région Corse
Michel Verna : Porte parole national de Génération Ecologie

Commenter cet article