LGV PROVENCE CÖTE D'AZUR

Publié le par NC

La LGV Provence-côte d’Azur
doit passer
Par Marseille et Toulon

          

            Si le Secrétaire d’Etat chargé des transports, D. Bussereau ne sait pas quel est le bon tracé pour la future ligne LGV sud, l’Alliance Ecologiste Indépendante (Fédération de Génération Ecologie, du MEI et de la France en Action) le sait.

 

Le bon tracé ne peut être que le tracé Sud par Marseille et Toulon, les deux grandes villes de la côte méditerranéenne. En effet, ce tracé desservant la partie la plus peuplée de la région varoise est sans conteste bien meilleur que le tracé Nord, par St. Maximin, lequel couperait en deux le département du Var.

 

La vocation d’un TGV est de transporter le maximum de voyageurs et non de traverser les vignobles et les zones agricoles comme celles du haut Var. Or, le maximum d’habitants se trouve sur la côte et non dans les zones rurales où le TGV serait plus un obstacle au développement qu’un service à la population.

 

L’argument en faveur du tracé Nord qui est celui du temps gagné par les voyageurs de la région Niçoise ne tient pas devant les inconvénients que génèrerait cette option tant pour les populations riveraines que pour l’Environnement.

 

En fait ce qui chagrine la SNCF et l’Etat ce sont les quelques millions supplémentaires d’Euros que nécessiterait le tracé Sud par rapport au tracé Nord. Ces réticences sont bien dans la logique comptable des gouvernants actuels, à savoir : une vision à court terme et une rentabilité immédiate.

 

Or, la construction d’une ligne de TGV est un investissement sur plusieurs générations en même temps qu’un service public. De ce fait, la logique comptable qui guide les pouvoirs publics devrait s’effacer au profit de l’intérêt général des français.

 

 Michel Villeneuve

Alliance Ecologiste Indépendante

Portable : 0616588173

 

Commenter cet article