LGV : LE BON TRACÉ !

Publié le par NC

La LGV Sud doit obligatoirement passer par Marseille et Toulon.
L’implantation d’une ligne de TGV est un investissement à long terme modifiant profondément le paysage et le tissu économique d’une région.
Au 21ème siècle une telle ligne doit tenir compte de l’aménagement de l’espace européen et des contraintes écologiques. Ce ne peut être, comme le prévoit le gouvernement, un dossier dont il faut se débarrasser au plus vite et à moindre frais.

Parmi les deux tracés proposés, seul celui du Sud passant par les métropoles de Marseille et Toulon correspond à ces critères.
En effet, ce tracé répond aux besoins de rapprocher, en temps, les provençaux des autres régions et notamment des régions Ile de France, Rhône-Alpes et du nord de l’Italie. De plus ce tracé, étant en grande partie souterrain, ne défigurera pas le paysage.

Le tracé Nord
, reliant directement Paris à la Côte d’azur, ne répond pas aux objectifs régionaux à long terme mais à la volonté de la SNCF et du Gouvernement d’économiser quelques crédits et de relier la capitale directement à Nice et à la Côte d’Azur. L’objectif principal du Gouvernement étant de renforcer la mainmise de Paris sur l’ensemble du territoire national en évitant les liaisons interrégionales.
Ce tracé Nord provençal a un grand inconvénient : il couperait en deux le territoire agricole varois en empêchant les migrations des faunes entre le Sud et le Nord du pays varois et attirerait dans cette région, désormais d’accès facile, les populations du Nord de l’Europe. À terme, ce tracé induirait ainsi une réduction des surfaces agricoles au profit d’ implantations immobilières. De plus, le tracé Nord, en ignorant la plate-forme multimodale de Fos-sur–Mer isolerait , en partie, la Provence en la maintenant hors des grands circuits économiques européens. Le tracé Nord « Paris-Nice via Aix-en-Provence » est donc un projet conduit par des parisiens pour les besoins exclusifs des parisiens et ne tient aucun compte des nuisances économiques et écologiques que subirait la Provence et son arrière pays en particulier. Il aura pour effet de déplacer le centre de gravité économique vers la région niçoise , empêchant ainsi Marseille, Toulon et Aix-en-Provence de devenir un pôle euro-méditerranéen.

Les provençaux doivent donc se mobiliser pour empêcher une telle erreur fortement préjudiciable à leurs intérêts et à leur environnement.

Rolande Guedj
Présidente de GE 13
Michel Villeneuve (Porte-parole de GE-13) port. 0616588173
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

richard 16/04/2009 13:25

NON à la LGV ! Aucun tracé n'est acceptable. Vous trouverez toutes les explications sur le site http://lemechanttgvpaca.free.fr.