ARRÊTONS LE MASSACRE !

Publié le par NC

Les massacres et les exactions qui se perpétuent, dans l’indifférence générale, au Nord Est de la République Démocratique du Congo, sont attisés par les convoitises économiques sur les richesses minérales de ces contrées.

Certes les rivalités entre les différents peuples d’Afrique centrale ne datent pas d’hier et des massacres réguliers avaient lieux tous les cinq à dix ans mais ils étaient plus limités sans commune mesure avec ceux qui se produisent en permanence depuis le génocide rwandais des années 1990.
Photo AP Jerome Delay, Karel Prinsloo

Depuis lors ces régions du Nord Est, et particulierement le Kivu où j’ai effectué des nombreuses recherches géologiques, n’ont plus connu la paix et des peuples entiers sont livrés sans défense à des « Seigneurs de Guerre » avec la bénédiction des grands trusts internationaux qui cherchent a s’approprier les minéraux stratégiques de ce pays et notamment la « Colombo-tantalite (ou Coltan) » qui rentrent dans la composition des batteries de téléphones portables et d’ordinateurs dont nous faisons tous une grande consommation.
Ce n’est pas sans raison que Laurent Désiré Kabila s’est retrouvé soudainement à la tête d’une armée de mercenaires internationaux, clefs en main, et que chaque étape de sa conquête du Zaïre fût jalonnée de la signature de contrats minéraliers.
Il faut faire cesser ces massacres car avec la disparition des peuples et de leurs cultures disparaissent aussi des espèces animales rares car , à cause de ces guerres incessantes, il n’y a plus aucun contrôle sur les importants parcs nationaux des Virungas (lions, hippopotames et gazelles), du Biega (gorilles de montagne) et de la Garamba (rhinocéros blanc et okapis) sans parler des derniers éléphants de montagne pourchassés pour l’ivoire (malgré le moratoire) et la viande.
Il ne s’agit donc pas de simples luttes tribales comme on le laisse généralement entendre mais bien d’une guerre économique avec des conséquences humaines et écologiques incalculables.
Il est dommage que le G20, réuni samedi dernier pour enrayer une crise économique  naissante, n’ait pas pu s’accorder 5 minutes pour discuter de cette catastrophe humanitaire et écologique d’échelle mondiale.
 

Michel Villeneuve
Porte-parole de Génération Écologie 13
Tél: 06 16 58 81 73

Publié dans ACTUALITÉS

Commenter cet article