Portrait de France GAMERRE

Publié le par NC

France Gamerre a passé de nombreuses années à travailler avec passion et volonté dans de nombreux domaines.

Tout d'abord responsable des relations internationales à l'Université d'Aix-Marseille pendant plus de vingt ans, elle œuvre pour davantage de mobilité des étudiants et des chercheurs, "l'avenir et l'ouverture au monde passe par là" dit-elle. De Washington à Tokyo, de Stockholm à Tananarive ou de Pékin à Santiago du Chili, elle portera de nombreux projets, des contrats, des échanges ou encore des programmes de recherche. Elle fonde et préside l'EIAE, Association Européenne pour l'Education Internationale. Cette structure basée à Amsterdam regroupe la plupart des Universités du continent Européen, y compris celles des pays de l'Est.

Docteur en Économie et Gestion des entreprises, elle poursuit son parcours à la vice-présidence de la Banque Populaire Provençale et Corse.

France Gamerre s'engage en politique au milieu des années 70, avec le désir de pouvoir encore faire avancer les choses. Un domaine la préoccupe et la passionne déjà particulièrement, c'est celui de l'environnement.

Elle participe notamment à la création de L'UDF aux côtés de Valéry Giscard d'Estaing, mais constate et regrette que l'écologie soit trop souvent un argument électoral ou un alibi. C'est pourquoi elle rejoint Génération Ecologie en 1997.

Adjointe au maire de Marseille en charge des affaires maritimes de 2001 à 2008, France Gamerre a réussi à développer une synergie entre les nombreux acteurs du monde maritime. C’est ainsi qu’elle fait partie de  la Commission Permanente du Conseil National du Littoral et participe activement aux travaux menés par la commission sur le devenir de la Loi Littorale.

C’est à la suite de la démission de Brice Lalonde qu’elle devient Présidente de Génération Écologie en 2002. Réélue à la tête du parti en 2005, France Gamerre annonce son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2007, mais ne parvient à réunir que 417 signatures sur les 500 nécessaires.

Partisante de la limitation des mandats, France Gamerre s’attache à mettre ses actes en accord avec ses paroles. C’est pourquoi elle décide de ne pas se présenter à un 3ème mandat en 2008. La 8ème Convention nationale de Génération Écologie élit alors Jean Noël Debroise pour lui succéder à la tête du parti. 

 Formation
•    1976 : Doctorat en Economie et Gestion des Entreprises
•    1968 : Licence de Lettres.
 
Parcours politique
•    2006 : Déclaration de candidature pour l’élection à la Présidence de la République  de    2007 
•    2005 : Réélection à la Présidence de Génération Ecologie.
•    2002 : Election à la Présidence nationale de Génération Ecologie.
•    2001 : Elections municipales : liste RPR/DL/UDF/Génération Ecologie, 6ème secteur de Marseille, 2ème rang. Elue Conseillère municipale, Adjointe au Maire.
•    2000 : Elections européennes, candidate de Génération Ecologie sur la liste RPR/DL en 83ème rang.
•    1998 : Elections régionales, tête de liste du « Rassemblement des Forces Ecologistes » (Génération Ecologie, NERNA et Union Nationale des écologistes) dans les Bouches-du-Rhône (région PACA)
•    1997 : Elections législatives, candidate de Génération Ecologie dans la première circonscription des Pyrénées-Orientales (Perpignan)
•    1983 : Elections municipales d’Aix-en-Provence, candidate 3ème rang sur une liste « d’intérêt communal ».
 
Fonctions politiques
•    Depuis 2008 : Conseillère municipale des 6ème et 8ème arrondissements de la ville de Marseille, déléguée aux affaires maritimes (plages, nautisme, ports de plaisance et calanques).
Conseillère communautaire de  Marseille Provence Métropole : commission ports de plaisance, ports de commerce et aéroports.
•    2002-2008 : Présidente Nationale de Génération Ecologie.
•    2001-2008 : Adjointe au Maire de Marseille en charge des « affaires maritimes, de la mise en valeur du patrimoine maritime, du nautisme et du projet Frioul ».
 
 Distinctions
•    2006 : Chevalier de la Légion d’Honneur au titre du Ministère de l’Ecologie.
•    1997 : Chevalier dans l’ordre de Palmes Académiques.

Commenter cet article