VERS UNE RECHERCHE SOUS INFLUENCE

Publié le par NC

Petit à petit , la nouvelle politique de la Recherche se met en place.

Les directeurs de grands EPST (Établissements Publics pour la Recherche et la Technologie) reçoivent leurs « ordres de mission » afin de démanteler leur propre organisme comme par exemple l’INSERM (Institut de Recherche Médicale) ou le CNRS (Centre National de Recherche Scientifique).
Ordre leur est donné, par le Ministère de la Recherche, de scinder leur organisme en plusieurs Instituts qui seront alimentés financièrement par une agence de moyens, toute puissante , pour orienter les recherches. Il est évident que cette agence de moyens pilotée par le secteur privé et notamment les grandes entreprises du CAC 40, donnera l’exclusivité des recherches à celles qui sont directement profitables aux intérêts de ces grands groupes industriels.
Cette manière de penser la recherche est une absurdité. Tout aussi absurde que si l’agence mise en place pour soutenir la création des entreprises ne donnait son accord et son soutien qu’aux seules PME s’engageant dans une sous-traitance avec les grandes entreprises.
Or , tout comme la création d’entreprise est orientée par les besoins du marché et des services, la Recherche est orientée par les besoins de la « connaissance » laquelle comme pour le marché, a sa logique propre.
Considérer, comme le fait du Gouvernement, que la Recherche doit être uniquement au service de l’industrie démontre un retard intellectuel de plus de 10 ans sur les réalités économiques d’aujourd’hui. La création en France d’un MITI japonais que les asiatiques ont quasiment abandonné, est un anachronisme de plus.
Décidément, comme le constatait un célèbre observateur, « la France est toujours en retard d’une guerre ».

Michel VILLENEUVE
Porte-Parole de Génération Écologie

Commenter cet article