J-N GUERINI "PARJURE DE SON PROPRE DISCOURS"

Publié le par NC

PRÔNANT SOLIDARITÉ ET PARTAGE !
GUERINI.jpg
(PARJURE DE SON PROPRE DISCOURS)


Mais où passe l’argent du Conseil Général ?
En tout cas, il n’ en a déjà plus assez, dès ce premier trimestre, pour tenir certains de ses engagements 2008.

Effectivement, les personnes handicapées ou âgées qui ont obtenu une aide à domicile, recevaient jusqu’alors du CG, une somme couvrant le nombre d’heures accordées, au taux horaire d’environ 10 € (selon les revenus). Seules les charges sociales restaient aux frais de l’employeur nécessiteux.

Aujourd’hui J.N. GUERINI a mis en place le Ticket Cesu  pré-financé par le CG et envoyé aux personnes bénéficiant d’une aide à domicile.
Le chéquier contient autant de tickets que d’heures précédemment accordées.
Ce nouveau mode de paiement est censé « poursuivre la mise en œuvre des dispositifs actuels pour optimiser nos actions… » mais aussi « faciliter les démarches administratives ».

Ce que J-N GUERINI n’écrit pas en gras dans la brochure c’est que si le montant réglé par le Conseil Général ne suffit pas à couvrir le salaire et les cotisations sociales, l’employeur doit compléter. De fait, il devra le faire à ses grands dépens puisque le taux horaire accordé sur les tickets est abaissé à environ 5€ .
Soit en clair une diminution de la participation du CG d’environ 50% .
De plus si une diversité d’aides est nécessaire (courses et ménage par exemple), une seule aide à domicile est acceptée par le CG, la deuxième est à 100 % prise en charge par la personne nécessiteuse.

Il semble que « solidarité et partage » s’annoncent en sens inverse, c’est à dire mesdames et messieurs, handicapés ou âgés, il vous reste à subvenir aux manques financiers du CG dès la fin des élections, c’est à dire fin Mars. Date effective d’utilisation incontournable de ce nouveau moyen de paiement.

Le Conseil Général, sous la houlette de J.N GUERINI n’en est pas à son premier coup bas sur ce même sujet. Effectivement fin 2006, une décision autoritaire, et sans aucun préavis, supprimait une bonne part des subventions accordées à des associations spécialisées dans l’assistance à domicile. Pour subvenir à leur soudaine défaillance financière, ces associations ont dû refacturer aux personnes nécessiteuses.

En conclusion, le socialisme a t-il du mal à faire "bon ménage" avec le social  ?

Commenter cet article