MAÏS TRANSGÉNIQUE

Publié le par Michel Villeneuve

ENCORE UN EFFORT, MESDAMES, MESSIEURS, LES DÉPUTÉS

Que les députés renâclent devant l’interdiction probable de cultiver en plein champ du maïs transgénique de la firme américaine Monsanto afin de satisfaire aux lobbies agro-alimentaires, cela n’ est pas nouveau.
Que les députés pensent plus à leur réelection dans 4 ans qu’à l’avenir de l’humanité, cela n’est pas nouveau non plus.

Mais dans ce conflit entre l’Homme et  la Nature (qui est sous-jacent à cette culture des OGM en plein champ)les députés devraient y regarder de plus près, car un conflit avec la Nature n’est pas un conflit entre pays, entre peuples, entre générations ou entre syndicats et patronat.

Après avoir constaté les dégâts, on ne peut dire à la Planète « Ok on fait la paix et on signe un armistice » car les dégâts causés par les erreurs écologiques se poursuivront sur plusieurs décennies voire plusieurs générations avant que la Nature n’ait les moyens de rétablir l’équilibre souhaité. Il ne s’agit pas d‘une guerre coloniale où l’on peut dire, après une défaite cuisante, « On se réunit à Genève et on discute » (après avoir comme d’habitude, éliminé les pacifistes). Non, les atteintes à la Planète sont irrémédiables sinon très longues à réparer.
C’est à cela, Messieurs les députés que vous devriez songer avant de vous opposer à la demande gouvernementale d’activer la clause de précaution sur les OGM en plein champ.
Les déclarations « d’obscurantisme » qui sont proférées par certains députés sont plutôt paradoxales puisque ce sont les scientifiques eux-mêmes qui ont constaté la dangerosité du maïs transgénique cultivé en plein champ. Les députés auraient-ils, dans ce domaine, des compétences supérieures aux scientifiques? Est-ce qu’une élection pour cinq ans correspond à un doctorat « toutes catégories » ?
Enfin, Génération Écologie souhaite que le gouvernement ne cède en rien au lobby parlementaire sur cette question, sans quoi ce sont tous les engagements pris lors du Grenelle de l’environnement qui seront remis en question.
Génération Écologie en appelle à la responsabilité des députés face à notre génération et aux générations futures en leur demandant de ne pas se préoccuper que des questions immédiates mais aussi des problèmes à long terme, comme le Général de Gaulle les y invitait, en son temps.

Michel VILLENEUVE

Porte parole
Contact : 06 16 58 81 73
generationecologie@hotmail.fr
www.generation-ecologie.com


Commenter cet article